DÉCISIONS DU PRÉSIDENT DE LA CCLST JUILLET AOÛT 2018

Dans le cadre des délégations accordées par le conseil communautaire à Gérard Hénault Président de la communauté de Communes Loches Sud Touraine (CCLST) (voir l’article « Les WC sont fermés de l’intérieur »), voici la liste de celles prises en juillet et août 2018 :

Attardons-nous un peu sur la dernière décision, celle prise le 30 août 2018. Petit flash-back :

Le 09 mai 2018, l’entreprise Cadeau et Chocolat installée à Manthelan, locataire d’un bâtiment propriété de la communauté de Communes construit en 2015 par l’ex Grand Ligueillois (voir l’article « Loches Sud Touraine fait la banque ») sollicite la CCLST pour agrandir les locaux d’environ 300m².

Le 20 juin 2018, le Bureau de la CCLST valide ce projet.

Sans retard, la CCLST mandate une entreprise pour étudier le projet d’agrandissement et attribue le marché de maîtrise d’œuvre à l’entreprise Dominique MAES de Bléré. Coût de l’étude : 26 400 euros.

Juillet 2018 : Un protocole d’accord est signé entre l’entreprise et la CCLST (voir l’article « Délibérations Bureau CCLST du 11 juillet 2018 » délibération n°26), histoire de définir précisément toutes les modalités du projet d’agrandissement.

Et là, patatras !!!!!!

Cadeau et Chocolat informe toute fin juillet, une fois les études terminées, que tout compte fait, tout bien réfléchi, elle renonce à l’agrandissement, préférant ouvrir une boutique de vente dans l’agglomération tourangelle. Ce revirement surprise n’est pas un Cadeau, et c’est la CCLST qui est Chocolat.

Voilà où mène la politique économique de la CCLST faite quasi exclusivement, les budgets en attestent (voir l’article « Aménageurs de territoire » ), de construction de bâtiments loués ou vendus ensuite, ou de rachat de bâtiments hors d’âge et rénovés à grands frais obérant tout espoir de retour sur investissement rapide (voir l’article « Loches Sud Touraine fait la banque »).

Sans réelle stratégie de développement économique (voir l’article « Diagnostic territorial : l’économie »), notre communauté de Communes est bringuebalée par ses locataires. Et c’est sans parler des très nombreuses révisions de loyer à la baisse qui apparaissent régulièrement dans les décisions du Bureau communautaire. Voilà où mène une politique digne d’une Société Civile Immobilière, activité normalement dévolue aux entreprises privées.

Il serait peut-être temps de sortir de cette logique très 20eme siècle et de définir une vraie politique économique pérenne à partir de nos ressources locales, où le risque financier est principalement pris par les entrepreneurs et non par notre collectivité.

Voir article: pointez le titre, cliquez, et l’article s’ouvre

ISSN 2610-5942

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s