LE VÉHICULE FANTÔME

En 2017 nous avons publié une série d’articles qui corrélaient les trajets autoroutiers et prises de carburant pris en charge par la Commune de Descartes aux carnets de bord du véhicule de service, la Mégane municipale (voir les articles « Rodolphe » et « Rodolphe est de retour » ). Ces articles ont été :

La consommation de Rodolphe
Faute de grives 
Bourrée de contexte 
Les remparts de Bourges 
Pourvu que ça dure
Le naturel au galop 
Digne de confiance 
Mascarade

Nous avons démontré preuves à l’appui que le contrevenant, celui qui détournait des ressources financières et matérielles municipales pour en faire un usage totalement et illégalement privé était bien principalement le Maire de la Commune de Descartes Jacques Barbier.

Les pièces comptables municipales de 2017 montrent que la situation a considérablement évolué, même si certains aspects restent toujours très inquiétants quant à la déontologie de notre édile et son sens tout personnel du bien commun.

Cette année, ultime fois que nous traiterons de ce sujet, un seul article suffira. Commençons :

Décembre 2016 :

Des 623 kilomètres autoroutiers, 485 sont dus au déplacement de l’équipe de foot municipale à Bourges avec le Philo’Bus municipal et un second véhicule non identifié. C’est de l’habituel, du récurrent (voir les articles « Les remparts de Bourges » et « Pourvu que ça dure » ). Ce déplacement de l’équipe de foot est le dernier à apparaître dans les pièces administratives, en tout cas jusqu’à novembre 2017 inclus.

S’il est normal qu’une collectivité aide ses associations, cela doit se faire dans le respect de ce qui a été voté en conseil municipal et rien d’autre, c’est à dire en l’espèce la seule mise à disposition du minibus municipal (voir l’article « Pandore »). Pas la prise en charge des frais d’autoroute, ni du carburant, et encore moins pour 2 véhicules.

Excepté ce déplacement, 2 aller retour Sainte Maure-Tours-Sainte Maure dont un réalisé par Bernard Bridier, adjoint au Maire de Descartes, à bord de la Mégane municipale. C’est tout.

Nous sommes très loin des 1370 km autoroutiers de décembre 2015 (voir l’article « Faute de grives » ) ou des années précédentes (voir l’article « Martine s’éclate »).

Janvier 2017 :

3 aller retour à destination de Tours, tous réalisés à bord de la Mégane municipale par Bernard Bridier, adjoint au Maire, pour se rendre à des réunions du SIEIL. Nous avons dit ce que nous pensions de cet usage dans de précédents articles (voir les articles « Bourrée de contexte » , « Les remparts de Bourges » et « Pourvu que ça dure »). Sinon, rien d’autre.

Février et Mars 2017 :

Aucun trajet autoroutier. A noter que la dernière prise de carburant de la Megane municipale a eu lieu en février 2017 avec 55,25 litres de gazole. Sinon, rien d’autre.

Avril 2017 :

Comme tous les deux ans, nous retrouvons le déplacement à deux véhicules du comité de jumelage direction Dransfeld, frais imputés à la rubrique comptable 6532 intitulée « Frais de mission des Maire, adjoints et conseillers ». Or, le comité de jumelage étant une association, certes particulière, mais une association quand même, la Commune ne peut prendre légalement en charge directement les frais autoroutiers ou de carburant (voir les articles « Martine chez sa jumelle », « Martine en mai » et « Martine désinfecte la tuyauterie » , « Les faux monnayeurs »).

Excepté ces trajets, seulement deux aller-retour à Tours.

Il n’y a pas eu de prise de carburant en avril 2017 pour la Mégane municipale.

Mai 2017 :

Apparaît le retour autoroutier des 2 véhicules de Dransfeld. Ils ne se sont pas déplacés en convoi, les trajets ayant été apparemment différents.

Ce qui est intéressant c’est le trajet aller-retour du 11 mai 2017 de Descartes à la sortie autoroutière de la Folie Bessin en Région Parisienne. La Folie Bessin ! Souvenez-vous les sempiternels trajets dans cette direction au fil des ans (voir les articles « Martine à la Folie », « Martine à Versailles », « Martine en fleur », « Martine en convoi », « Martine entre en hibernation », « Martine joue ses classiques », « Martine pète le feu » et « Le naturel au galop ») tous déplacements privés, totalement privés réalisés sur fonds publics municipaux.

Le relevé des prises de carburant ne fait pas apparaître de prise de carburant pour la Mégane municipale. Ce serait « seulement » 83,60 euros qui auraient été ponctionnés en toute illégalité aux finances communales. Cela en dit long sur l’âpreté au gain de notre « bon » Maire qui pourtant n’est pas nécessiteux (voir l’article « Pour une poignée de dollars »).

Juin 2017 :

Un aller retour à Tours le 13 juin.
« Surprise » avec un trajet à destination de Chambray sans retour identifié. Un vieux réflexe, comme un retour aux vieilles habitudes : moult précédents articles regorgent de ces trajets tronqués.

Pour autant, le nombre de trajets est considérablement moindre que les années précédentes.

Juillet Août Septembre 2017 :

Aucun trajet autoroutier imputé à la Commune. Comme quoi c’est possible, et en creux cela confirme s’il était besoin que ceux répertoriés ces dernières années étaient bien d’ordre privé, en particulier ceux à destination de la côte Atlantique (voir les articles « Martine à la plage »  et « Martine prend son bain »).

Mais comme la Commune a toujours 3 badges autoroutiers, elle paie un forfait mensuel de 7,92 euros, qu’elle consomme ou non. Vu dorénavant le nombre de passages aux barrières autoroutières, l’on se demande bien pourquoi conserver ces badges payants, conserver cette dépense inutile.

Là encore, pas de prise de carburant pour la Mégane, mais comme le contrat de 5 ans était arrivé à échéance en mai, c’est normal. Nous n’avons pas identifié dans les relevés mensuels de prise de carburant de véhicule nouveau qui aurait rejoint le parc automobile communal.

Octobre 2017 :

Un seul aller retour autoroutier à Tours. C’est tout.

Nous sommes très loin des kilométrages autoroutiers insensés qui étaient réalisés les années précédentes pour cette même période : à titre d’exemple 2429 km en 2011 (voir l’article « Martine fait une tarte normande ») ou encore 2295 kilomètres en 2012 (voir l’article « Martine pète le feu »). C’était la meilleure saison pour Martine, oups, pour notre « bon » Maire.

Les prises de carburant font apparaître une prise de carburant de 22,82 litres de sans plomb 98 pour 31,47 euros :

Il s’agissait de remplir le réservoir d’un véhicule type Peugeot 208 en location, en utilisant la carte essence référence 141 de la Megane municipale. Apparemment l’administration municipale a du mal à actualiser ses tablettes.

Novembre 2017 :

C’est là que cela se gâte. Retour des vieux réflexes, aux sempiternelles destinations exotiques et lointaines, sans objet municipal, même si certaines nous sont épargnées, comme le tout à fait privé Maine et Loire (voir les articles « Martine à l’ouest », « Martine et ses carrosses » et « Martine cocoone »).

Le mardi 07 novembre trajet autoroutier Sainte Maure Orléans nord, laissant supposer que le conducteur a poussé plus loin encore vers la Région parisienne. Le retour a eu lieu le vendredi 10 novembre, par autoroute d’Orléans-centre à Sainte Maure. Comme attendu, pas de frais d’hébergement : normal le déplacement était familial.

Le lundi 27 novembre, trace autoroutière d’un retour Olivet Château Renault sans que l’aller apparaisse. Martine a toujours aimé se rendre à Olivet (voir l’article « Martine désinfecte la tuyauterie ») particulièrement en fin du mois de novembre (voir l’article « Martine vit un drame »). Que peut-il y avoir de municipal à Olivet ?

Enfin, comme un air de déjà vu, le jeudi 30 novembre un aller Sainte Maure Tours, sans retour. Sans doute verrons-nous l’année prochaine dans les relevés autoroutiers municipaux un retour dans la nuit du vendredi 01er décembre comme habituellement (voir les articles « Martine découche », « Martine le métronome » et « Martine s’éclate »). Là encore c’est du privé et nous savons ce que notre « bon » Maire va faire à Tours les jeudis soirs avec retour à Descartes durant la nuit: les réunions d’un club privé ne sont en rien un motif municipal, vraiment pas.

Ces 3 déplacements autoroutiers indus ont coûté 49,20 euros à la Commune en frais autoroutiers. Qu’en est-il du carburant ? Est-ce aussi la Commune qui a payé le carburant ? Et bien oui, si l’on en croit la facture du fournisseur :

119,21 litres de sans plomb 95, pour 167,10 euros. Ce n’est pas le réservoir de la Mégane qui a été alimenté, et cela pour deux bonnes raisons : elle est sortie du parc automobile municipal en mai 2017 et elle n’acceptait que du gazole :

Bref, ce carburant est tombé dans le réservoir d’un véhicule fantôme.

Ce sont donc en tout 216,30 euros qui ont été siphonnés des comptes de la Commune pour des virées qui sont toutes d’ordre privé.

La vertu n’aura pas tenu longtemps. Outre le désintérêt de plus en plus évident de l’incorrigible Jacques Barbier pour sa Commune comme le démontrent les derniers conseils municipaux (voir les articles « Les faux monnayeurs », « C’est du privé », « D’autres chats à fouetter » et « Descartes n’est pas majeur ») il semble avoir l’intention en sus de lui soustraire quelques euros pour financer des déplacements privés. Ces quelques euros ne sont pas grand-chose, mais masquent peut-être, peut-être seulement, bien d’autres choses (voir l’article « Lettre trouvée sur un noyé »).

Souvenez-vous ce qu’il clamait le 24 mars 2016 en conseil municipal (voir l’article « C’est normal »):

« Faites confiance à ceux qui sont autour de cette table »

On aimerait bien. Mais tant de pingrerie, tant d’amoralité, c’est à vomir ! Alors qu’il devrait œuvrer pour l’intérêt général, qu’il devrait veiller à l’utilisation pertinente de chaque euro, il ne semble concerné que par son intérêt tout à fait personnel. 17 ans que ça dure ! Comment être surpris après par la situation tous les jours plus préoccupante de notre Commune !

Le montant des dépenses inscrit au budget 2017 du compte administratif 6532 intitulé « Frais de mission des Maire, adjoints et conseillers » était de 1500 euros.

La dépense effective en 2017 a été de 1100 euros, dont 300 euros pour le convoi du comité de jumelage à Dransfeld imputé à cette rubrique. Ne reste plus donc que 700 euros. Montant de loin le plus faible de toutes les années précédemment étudiées.

Pour autant, le compte 6532 affiche toujours au budget 2018 un montant de 1500 euros, alors qu’il n’y aura pas de voyage à Dransfeld. Si certains pensaient que le Maire de Descartes était revenu à de meilleures considérations, ils se trompent : c’est inscrit au budget 2018.

Est-ce que le conseil municipal, majorité ou opposition, adjoints ou simples conseillers ont relevé ce point lors du vote du budget ? Non, personne. Est-ce que l’adjoint au finances Jacky Frénée a refusé d’approuver les dépenses liées aux déplacements privés en ne les avalisant pas ? Pas du tout. Tout est passé.

« Je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent. »
« Soyez résolus à ne plus le servir, et vous voilà libres. Je ne vous demande pas de le pousser, de l’ébranler, mais seulement de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre ».
Étienne de La Boétie, « Discours de la servitude volontaire ». 1576

Actualisation du 23 octobre 2018 Le véhicule fantôme identifié

Le 22 octobre 2018 avait lieu dans la toute neuve salle des fêtes de Betz le Château une réunion publique de « partage du diagnostic territorial du plan climat du territoire de Loches Sud Touraine ».

Étaient présents Jacques Barbier Maire de Descartes et Jacky Frénée 1er adjoint au Maire de Descartes en charge des finances, arrivés à bord d’une 208 blanche immatriculée ES 833 RN.

Après vérification, la 208 blanche est bien un véhicule municipal. Ces deux élus descartois n’assistaient pas à ces réunions es qualité. Ils auraient donc dû utiliser leur véhicule personnel. S’ils étaient venus en qualité de conseillers communautaires, c’était à la communauté de Communes de prendre éventuellement en charge leurs frais de déplacement, mais nullement à la Commune de Descartes.

Ainsi, l’ancienne Mégane Renault a été remplacée par une 208, qui semble être le véhicule fantôme dont nous avons parlé. Et d’après les relevés de carburant et d’autoroute 2017, c’est ce véhicule municipal qui servirait au Maire de Descartes pour ses virées personnelles lointaines. La présence de Jacky Frénée au bord de la 208 nous explique pourquoi tous les trajets autoroutiers invraisemblables passent comme une lettre à la Poste. Nous voilà revenus aux meilleures heures de Martine.

Ce 22 octobre, le trajet était court, la dépense donc minime. Mais sur l’ensemble de l’année, en incluant les trajets personnels, cela fait un budget. Pendant ce temps-là, moult trottoirs de la Commune sont impraticables à pied.

Les caractères en bleu sont des citations orales ou écrites
Voir article: pointez le titre, cliquez, et l’article s’ouvre

ISSN 2610-5942

Source: Municipalité de Descartes

Publicités

3 réflexions sur “LE VÉHICULE FANTÔME

  1. Comme ces méfaits sont dorénavant avérés, la question qui se pose est: Comment cette personne est-elle toujours en capacité d’agir dans le cadre de sa fonction publique? Sans être en aucune façon inquiétée par la préfecture ou par une action judiciaire!
    Cette impunité honteuse ne serait-elle pas une couverture confectionnée dans une quelconque rue obscure du quartier des halles à Tours ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s