PENTE CȎTE

Bonne nouvelle ! Il y a une côte, une montée : le supermarché Intermarché de Descartes va bientôt s’agrandir de 375 m². Les travaux commenceraient en septembre prochain pour se terminer début 2019.

Mauvaise nouvelle ! Il y a aussi une pente, une descente : le supermarché Super U de Descartes va fermer fin août 2018.

C’est ce qu’a annoncé la Nouvelle République (NR) (*) dans un article publié le 19 mai 2018, en plein week-end de Pente-côte.

Soyons plus précis :

Nous lisons dans cet article que «depuis plusieurs années la fréquentation des supermarchés de la Commune est en baisse.» Ce n’est pas une surprise pour les lecteurs de notre blog puisque nous avions fait ce constat inquiétant tout début 2018 (voir l’article « Misère, Misère ! »). Nous l’expliquions par le double effet conjugué de la diminution du nombre d’habitants de la Commune, et le taux très élevé de ménages pauvres au sens de l’INSEE.

C’est aussi ce qu’avance l’article de la NR (*) : « en cause, une démographie en baisse sur la Commune », avant d’ajouter comme autre source de cette désaffection « le développement du commerce en ligne et la proximité des zones de Sainte-Maure de Touraine et Châtellerault ».

Pourtant, d’après les résultats de l’enquête citoyenne publiée par « Servir Descartes » en juin 2017, la concurrence des zones commerciales alentour ne semble pas « détourner » la clientèle descartoise de nos deux enseignes de supermarchés : 90% des répondants déclarent y faire régulièrement ou souvent leurs achats :

Le commerce en ligne a sûrement une influence négative sur le chiffre d’affaires des enseignes locales. Mais elle est difficile à mesurer et concerne peu les produits frais ou ultra frais.

Nous ne sommes pas dans un changement stratégique d’un groupe, tel que celui actuel de Carrefour, mais bien à l’évidence devant la conséquence des deux causes principales que sont d’une part la baisse de la population locale et de son niveau de revenus d’autre part.

Nous comprenons la décision de ces deux entreprises qui face à une situation dégradée ont convenu de « fusionner » en un seul point de vente avec reprise du personnel de Super U qui souhaitera rejoindre Intermarché. Même s’il semblerait bien que ce soit un dépôt de bilan sec évité pour Super U, transformé en enseigne de bricolage. A un moment il faut prendre acte de la situation et réagir.

Mais penser que la situation est juste « conjoncturelle » nous semble être une erreur. C’est une tendance de fond de l’évolution démographique de notre territoire, de sa dévitalisation lente et mortelle à terme. Pour nous, ce n’est que la conséquence d’une gestion municipale paresseuse depuis tant d’années, d’une politique faite de clientélisme (voir les articles « Début de réponse sur l’OGEC » , « Pourvu que ça dure » et « Les copains d’abord »), de bombances et autres cérémonies à pas de prix (voir les articles « C’est mes vœux » , « La ferme des animaux » , « Grandgousier » et « Le nom de la rose » ) qui ne font plus illusion faute d’une vraie politique de gestion au cordeau, d’une politique d’investissement. Cela fait bientôt 3 ans que nous le répétons à l’envi.

C’est aussi la conséquence de la politique d’épargne de l’ex communauté de Communes de Touraine du Sud (CCTS) dont notre Maire était le 1er vice-président en charge de l’économie avant de l’être aux finances, accumulant jusqu’à 10.1 millions d’euros de réserves sans en trouver d’usage (voir l’article « Réunion de la famille »). Aujourd’hui cette réserve accumulée au fil des ans s’investit essentiellement à Loches comme vous pourrez le lire dans nos tous prochains articles (voir les articles « Néolithique » et « Aménageurs de territoire »). A force de spolier un territoire, cela finit par avoir des conséquences, sur les habitants, sur les commerces, sur tout.

Nous ne pouvons comme le fait la NR dire que cette « rétractation » de l’offre commerciale généraliste est une dynamisation de « la zone en proposant une offre mieux adaptée aux besoins des habitants ».

L’actuel Super U fermera prochainement ses portes et sera transformé « en enseigne de bricolage, jardinage, décoration », vraisemblablement du groupe Intermarché, en concurrence directe avec l’enseigne de bricolage Weldom, et l’enseigne de jardinerie La Serre.

Le bassin de vie descartois est-il suffisant pour faire vivre 3 magasins aux activités voisines ou communes ? Nous avons comme un doute, mais nous souhaitons bonne chance à cette nouvelle enseigne et aux deux autres. Vu le contexte local, la question est : qui sera le prochain mort ?

Les pompes à essence du Super U actuel sont annoncées comme conservées. Bonne nouvelle pour la Municipalité qui y prend quasi exclusivement le carburant de son parc automobile (voir l’article « Super ou Inter ? »).

Les commerces de centre bourg souffrent aussi. Le magasin de vin et spiritueux Le Dit-Vin ferme, pour d’autres raisons. Certains commerçants cherchent des repreneurs de leur commerce en vain : au moins un restaurant et un café. D’autres pensent sérieusement à jeter l’éponge. L’hôtel Logis de France est maintenant fermé depuis 4 ans. Il n’y a guère que l’ouverture de la boucherie rue Descartes qui soit une bonne nouvelle.

On peut se dire que tout ça, c’est la fatalité. Qu’on n’y peut rien. Les zones rurales souffrent partout, même si certaines s’en sortent nettement mieux que d’autres. Mais quand en plus une Municipalité ne fait pas son job, quand une communauté de Communes n’investit pas ses ressources pour rendre attractif son territoire, qu’à la grâce d’une fusion de communautés de Communes ses 10 millions d’euros accumulés vont s’investir ailleurs, on ne peut pas être surpris des conséquences (voir l’article « Les René Awards »).

Beaucoup de Descartoises, de Descartois se moquent de ce que font leurs élus municipaux, leurs élus communautaires, et ils ont bien tort. Ils pensent que tant que leurs ordures ménagères sont ramassées, qu’ils ont de l’électricité, qu’ils peuvent rouler sur des routes à peu près carrossables, marcher sur des trottoirs à peu près praticables, qu’ils peuvent se divertir au sein de leur association, tout va bien. Et un jour ils apprennent que d’une offre de deux supermarchés généralistes, ils n’en auront plus qu’un. Que leur trésorerie ferme (voir l’article « La trésorerie de Descartes en danger épisode 10 »), et la liste de s’allonger encore et encore.

Vendredi 25 mai, après-demain donc, il y a une réunion du conseil municipal en Mairie à 18 heures. Voici l’ordre du jour :

  1. Approbation d’une convention de mise à disposition de locaux avec la Direction Départementale des Territoires
  2. Approbation d’une convention de mise à disposition de locaux avec la Communauté de Communes Loches Sud Touraine
  3. Elections professionnelles – Fixation du nombre de représentants du personnel et instituant le paritarisme
  4. Musée – Fixation de tarifs
  5. Personnel – Création de poste pour besoins saisonniers
  6. Demande de création d’un contrat PEC
  7. Création d’un programme pédagogique « J’apprends à nager » au sein de l’espace aquatique
  8. Ecole de musique – Tarifs 2018-2019
  9. Garderie périscolaire – Tarifs 2018-2019

C’est de l’obligatoire, de l’incontournable, de la gestion à la godille, sans grand projet structurant porteur d’avenir, sans souffle qui permettrait d’espérer une renaissance de l’attractivité de notre Commune. Comme tous les conseils municipaux précédents.

Tous les points de l’ordre du jour indiqués en rouge sont des obligations légales, des nécessités de gestion que l’on voit tous les ans ou quand nécessairement obligatoire comme les élections professionnelles du personnel communal.

Le programme national « J’apprends à nager » est récurrent depuis plusieurs années.

La mise à disposition de locaux pour la communauté de Communes Loches Sud Touraine correspond sans doute au déménagement du service « Déchets ménagers » de la rue Carnot à la Chartrie (voir l’article « C’est pas simple »).

Faites l’effort de venir voir comment se passe une séance de notre conseil municipal, ceux à qui nous avons délégué la gestion de notre Commune. On vous l’assure : c’est très instructif.

« Sitôt que le service public cesse d’être la principale affaire des citoyens, et qu’ils aiment mieux servir de leur bourse que de leur personne, l’Etat est déjà près de sa ruine. » Jean Jacques Rousseau « Du contrat social » 1762

Il en est de même pour une Commune, une communauté de Communes.

Le Maire de Descartes écrit dans son édito du journal municipal « Flash Infos n°57 » de mai 2018 :

« La critique peut être facile, mais l’action reste difficile….!»

Mais de quelle action parle-t-il !?! Alors que Descartes est la Commune du Sud Touraine qui bénéficie des plus importantes ressources financières par habitant (voir les articles « Les sanglots longs » et « Le vert vire au rouge »). De quelle action parle-t-il ?

(*) Article de la Nouvelle République du 19 05 2018

Les caractères en bleu sont des citations orales ou écrites

Voir article: pointez le titre, cliquez, et l’article s’ouvre

ISSN 2610-5942

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s