LIGUEIL AU SCANNER VERSUS DESCARTES

Le conseil municipal de Ligueil du 05 avril 2018 a été particulièrement long. Il a duré 3.5 heures. 19 points étaient inscrits à l’ordre du jour dont le vote des comptes 2017 et du budget 2018.

En plus des passages obligés des votes des comptes et budgets, Michel Guignaudeau Maire de Ligueil avait demandé à madame Frédérique Baudu, responsable du centre des Finances Publiques de Ligueil, d’élaborer et présenter au conseil municipal l’analyse financière de la Commune de Ligueil au cours des 5 dernières années, de 2013 à 2017. Bref, un passage au scanner de l’état et de l’évolution des finances communales.

Cette période est d’autant plus intéressante qu’elle concerne la précédente municipalité pour 2013 et une partie de 2014, et l’actuelle municipalité pour les années au-delà.

Nous ne rendrons pas compte ici des commentaires des conseillers municipaux, seulement de l’exposé professionnel, technique, neutre de Frédérique Baudu. Voici de larges extraits de la présentation faite:

« Plutôt qu’une énumération de chiffres, l’analyse financière simplifiée de la Commune sur la base des 5 derniers exercices est plus intéressante. Simplifiée parce que l’analyse développée fait 67 pages. »

Recettes de fonctionnement

Frédérique Baudu :

« La page 4 vous permet de visualiser les principaux postes de recettes de fonctionnement et leur évolution. En vert les ressources fiscales dont on voit le poids important au fil des années sur le budget de la Communes.

En bleu vous avez les dotations et participations. On voit qu’elles ont légèrement diminué entre 2014 et 2017.

Ensuite vous avez en dessous le tableau qui s’appelle « repères ». Il exprime en euros par habitant les ressources de la Commune perçues sur l’exercice 2017. Les ratios exprimés sont par rapport aux Communes de la même strate démographique, soit entre 2000 et 3500 habitants. »

Dépenses de fonctionnement

Frédérique Baudu :

« Les dépenses de fonctionnement : il y a deux postes très importants, les charges générales dont on voit qu’elles restent stables, elles ont le mérite d’être maitrisées, les charges de personnel sont également maitrisées puisqu’on passe de 47% en 2013 pour terminer à 46% en 2017.

Ensuite vous avez en dessous le tableau qui s’appelle « repères » : les charges générales sont bien supérieures à la moyenne départementale. Les charges de personnel aussi sont supérieures à la moyenne départementale, mais restent dans la moyenne nationale et régionale. »

Capacité d’autofinancement brute

Frédérique Baudu :

« Ce tableau exprime une notion importante en matière d’analyse financière. La capacité d’autofinancement, c’est la différence entre les recettes réelles, c’est-à-dire qui ont donné lieu à encaissement de trésorerie, moins les dépenses de fonctionnement réelles qui ont donné lieu à décaissement de trésorerie.

Et c’est ce différentiel qui est primordial, pour établir la capacité d’autofinancement parce qu’elle doit servir à rembourser en priorité l’annuité de la dette, capital et intérêts.

Une capacité d’autofinancement qui ne serait pas suffisante, c’est la catastrophe.

Là on voit la courbe de la capacité d’autofinancement brute. Brute c’est-à-dire avant le remboursement de la dette, capital et intérêts.

On a des variations, mais on reste dans un ordre de grandeur similaire. »

Capacité d’autofinancement nette

Frédérique Baudu :

« Là on voit la situation une fois le remboursement de la dette, capital et intérêts, effectué. Ce chiffre-là est intéressant parce que c’est lui qui va vous permettre de financer vos dépenses d’équipements. C’est la courbe qui représente la capacité d’autofinancement nette. »

Endettement

Frédérique Baudu :

« En rouge votre dette en capital. Elle décroit après un pic en 2014 [du fait de la précédente municipalité qui avait souscrit un emprunt pour les lourds travaux de l’école communale]. Et on voit bien que la charge financière elle suit la même courbe que la dette en capital. »

Voilà pour cette présentation partielle de notre part. Il ressort que Ligueil se désendette, qu’elle dégage suffisamment de ressources pour autofinancer ses investissements sans recourir à l’emprunt. Elle subit comme toutes les Communes la baisse des dotations de l’Etat, sans remettre en cause ses équilibres financiers. Nous nous arrêterons là pour cette Commune qui n’est pas la nôtre, bien que nous la considérions comme correctement gérée. D’ailleurs, l’opposition municipale a voté « pour » le budget 2018 présenté par Michel Guignaudeau.

Ceux qui voudraient avoir connaissance de plus de données, vous trouverez le reste de cette analyse financière synthétique de la Commune de Ligueil en fin d’article (*).

Maintenant, à la lumière de cette analyse financière, comparons la avec la situation financière de la Commune de Descartes qui compte une population de 3672 habitants, environ 1.5 fois celle de Ligueil :

Nous considérons comme exact le montant de l’épargne brute (capacité d’autofinancement brute) dégagée en 2017 par la Commune de Descartes, présenté par son Maire Jacques Barbier lors du débat d’orientation budgétaire du 26 janvier 2018 (voir l’article « Quoique »). Les voici de nouveau :

Son montant a fondu comme neige au soleil ces 3 dernières années, pour atteindre 252 258 euros en 2017. Est-elle suffisante pour honorer la charge de la dette ?

En 2017, la Commune a remboursé :

  • 372 062.95 euros de capital
  • 121 068.78 euros d’intérêts

Total : 493 131.73 euros.

L’épargne brute, autrement appelée la capacité d’autofinancement brute, est à Descartes insuffisante pour honorer la charge de sa dette.

Dans cette configuration, la Commune de Descartes n’a d’autres choix que d’emprunter et de courir la subvention pour financer le moindre investissement. Et pourtant elle est la Commune du Sud Touraine qui a les ressources financières de très loin les plus importantes (voir les articles « Attributions de compensation » et « Les sanglots longs »).

Comme les subventions se font rares, très ciblées, il faut donc emprunter. Mais comme le Maire ne souhaite pas faire exploser le montant de la dette, la conséquence en est que la Commune n’investit plus ce qu’elle devrait, pour tout dire à peu près rien. C’est bien ce qui ressortait de notre analyse (voir les articles « Le compas dans l’œil » et « Le vert vire au rouge »).

Comme dirait Frédérique Baudu : « c’est la catastrophe ».

En tant que Descartois qui assiste à tous les conseils municipaux, j’apprécierais que le Maire de Descartes demande à Frédérique Baudu de présenter l’année prochaine aux conseillers municipaux descartois et aux personnes présentes dans le public, une synthèse analytique et neutre de la situation financière descartoise. Bonne nouvelle pour la Commune, c’est gratuit ! Dingue non ! Il suffit de demander.

Ce serait sûrement plus utile, plus éclairant que de baver sur Frédérique Baudu, comme cela a été le cas lors du conseil municipal du 24 novembre 2017, quand il s’est agi de déterminer le montant des indemnités du comptable public, alias Frédérique Baudu. Voici les propos tenus par Jacques Barbier à son endroit (voir l’article « Peau de lapin »):

« S’il y a des signes qui montrent que nous ne sommes pas satisfaits, il y a une hiérarchie qui existe dans la trésorerie publique. Ils peuvent aussi tenir compte de ces éléments-là en disant il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Après quoi ça peut être une mutation, soit ça peut être aussi un entretien avec sa hiérarchie. Mais au moins ça montre notre insatisfaction pour le service rendu en totalité. »

Quand en plus de résultats catastrophiques, les indolents se mettent à critiquer les professionnels, c’est que l’heure est grave. Plutôt que de proposer des conseils municipaux indigents avec 7 points à l’ordre du jour, sans la queue d’un début de réflexion, de projet, de travail (voir l’article « En roue libre ») il serait temps que notre Maire grassement indemnisé (voir l’article « Pour une poignée de dollars ») et ses conseillers municipaux fournissent ENFIN DU TRAVAIL.

(*) Compléments analyse financière synthétique de la Commune de Ligueil 2013 2017, réalisée par les services financiers de l’Etat

Les caractères en bleu sont des citations orales ou écrites

Voir article: pointez le titre, cliquez, et l’article s’ouvre

ISSN 2610-5942

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s