UN PARTENARIAT POSTAL FORCÉ

L’entreprise « La Poste » avait informé le 17 août 2017 la Municipalité de Ligueil qu’elle fermerait le 01er avril 2018 le Bureau de Poste de cette Commune.

Elle proposait à la Commune un « partenariat » nouveau qui consistait soit :

  • de créer une agence postale communale (APC) gérée par la Commune
  • de créer un relais postal (RPC) pris en charge par un commerce de la Ville

Pour la Municipalité, une troisième option existait : ni APC, ni RPC, rien si ce n’est la plateforme de tri du courrier qui assure aussi un service de dépôt de courrier et colis, de retrait de recommandés.

Ce sujet majeur pour Ligueil avait occupé l’essentiel des débats du conseil municipal du 28 septembre 2017 sans qu’aucune décision ne soit prise (voir l’article « Parlons de la Poste »).

Réuni à nouveau en séance plénière le 09 novembre 2017, une décision du conseil municipal de Ligueil s’imposait, choisissant parmi les 3 options possibles. La Municipalité avait convié à cette réunion Daphné Leblanc déléguée aux relations territoriales de La Poste, et Véronique Stangalini directrice adjointe du réseau La Poste.

Le débat pouvait commencer. Il a duré plus d’une heure et demie, allant bien au-delà du seul sujet du service postal. Voici la synthèse des points qui nous paraissent essentiels.

Les représentantes de La Poste, venues avec une présentation visuelle projetée en séance, ont d’abord présenté l’environnement général.

La Poste a 4 missions de service public inscrites dans la loi :

  • La distribution du courrier 6 jours sur 7
  • L’accessibilité bancaire
  • L’aménagement du territoire par la distribution postale
  • La distribution de la Presse

Dans le contrat de présence postale territoriale 2017-2019 signé entre l’Etat, l’Association des Maire des France (AMF) et l’entreprise La Poste, il est précisé que 90% de la population doit pouvoir avoir accès à un point de contact postal [Bureau de Poste, APC ou RPC] à moins de 5 kilomètres et à moins de 20 minutes en voiture. C’est cela l’engagement national tripartite.

Pour l’Indre et Loire, existent 220 points de contact pour une population d’environ 604 000 habitants. Le rapport de maillage suivant les critères des 5 km et moins de 20 minutes est de 98.9% de la population. Ce qui a fait dire à une des représentantes de La Poste : « On est largement au-delà des 90%, ce qui est notre obligation. Il y a très peu de départements qui ont un niveau d’accessibilité aussi important ». Avant d’ajouter : « Notre objectif est de rester sur le même nombre de points de contacts mais d’une manière différente. »

Au niveau de l‘intercommunalité, c’est-à-dire le périmètre de la communauté de Communes Loches Sud Touraine (CCLST), est présentée la carte de présence postale :

Il y a 43 points de contact postal, dont :

  • 9 bureaux de poste gérés par La Poste (en jaune violet et bleu sur la carte)
  • 25 agences postales gérées par une Commune (en vert sur la carte)
  • 9 relais Poste gérés par un commerçant (en orange sur la carte)

De plus existent 6 relais pickup (en rouge sur la carte) (*)

Pour alimenter le débat, le Maire de Ligueil avait proposé à ses conseillers tant de la majorité que de l’opposition de poser par écrit leur questionnement afin que les représentantes de l’entreprise « La Poste » y répondent précisément. Les voici :

Ces questions relatives au fonctionnement et au financement d’une Agence Postale gérée par la Commune et les réponses de la Poste ont été publiées dans le journal municipal de Ligueil de décembre 2017.

Toutes les questions et réponses ont été passées en revue une à une en séance du conseil municipal, avec des précisions.

La Poste : « Ce qui est bien c’est que dans une convention ça veut bien dire ce que ça veut dire, c’est un vrai partenariat entre la Mairie et La Poste. Et notre objectif est que ça fonctionne le mieux possible. »

Oui, il s’agit bien d’un partenariat entre une Mairie et l’entreprise La Poste, mais un peu forcé puisque consécutif à la fermeture du Bureau de Poste actuel.

Place au débat à bâtons rompus.

La conseillère municipale d’opposition Jeanine Labeca-Benfele :

« Qu’est-ce qui va rester à la municipalité qui sera à la charge du contribuable. Parce que ça va avoir un coût quand même si on prend l’agence postale [APC]. »

Réponse de La Poste :

« Ce que l’on n’a pas indiqué là [indemnité mensuelle de 1132 euros revalorisée chaque année nationalement], [c’est en] + une indemnité pour l’ouverture équivalente à 3 mois [soit 3 x 1132 euros]. Dans tous les cas La Poste est désormais une entreprise. Malgré tout on est la seule entreprise à ne pas envoyer une lettre à monsieur le Maire et à dire on s’en va. On essaie de trouver des partenariats. On continue à assurer notre mission de service public.»

Michel Guignaudeau Maire de Ligueil, défendant la création d’une Agence postale Communale:

« Lorsque nous avons créé la Maison de Services à la population, nous avons remplacé tous les services de l’État, des mutuelles et des différentes fédérations sociales. A l’époque déjà, dans les années 80, tous les services de l’État, du Département, des Mutuelles abandonnaient leur permanence. Tout a disparu. Donc ce n’est pas d’aujourd’hui. Dans une cohérence générale qui consiste à dire sur le territoire nous ne tenons pas à ce qu’il meure et il faut que les services à la population soient développés. »

« Ça veut dire qu’aujourd’hui nous sommes dans une rationalisation des services parce qu’on ne peut pas faire autrement parce que si l’impôt local augmentait ça veut dire que l’impôt national baissait, et si l’impôt national augmente de toute façon le contribuable est au bout. On en est là. Et aujourd’hui on nous demande de rationaliser ces choses. »

« Dans le cadre de la décentralisation, de la déconcentration de l’État, on a souhaité que les élus prennent le développement de leur territoire à bras le corps. Alors il faut savoir ce qu’on veut. Avant c’était l’État qui décidait de tout, maintenant on nous dit c’est vous qui allez décider de ce que vous décidez de maintenir sur votre territoire pour que ce territoire se développe. Prenez vos responsabilités. »

« On ne va pas mettre la Commune en péril. On en est loin, très loin. La décélération de l’endettement de la Commune, la décélération de l’impôt est là. Donc nous on n’est pas des dispensateurs de fonds publics. On vient de prouver pendant 3 ans et demi exactement le contraire. Je peux citer les chiffres ! On va reconstituer avec la nouvelle Poste un front de commerces ininterrompu de la place de la République jusqu’à la place Gambetta. Je me souviens qu’il y a 5 ans ça fermait partout. La question est : ou on continue ou on fait machine arrière. J’en appelle à votre responsabilité. Les chiffres vous les avez voulu vous les avez tous. Les conséquences vous les avez toutes. Il vous appartient ensuite de prendre votre décision. La question est où place-t-on l’ambition pour notre territoire ?»

« Les questions qu’on va se poser maintenant, ce n’est plus des questions de comité des fêtes, ça c’est fini des conseils municipaux comme ça ! On aura maintenant à chaque fois des questions difficiles à traiter. Parce que ce sont des questions qui portent sur l’avenir et non pas sur l’immédiat. Je fais appel à votre responsabilité. Responsabilité.»

« Si on engage de l’argent pour mettre des leviers de développement, cela veut dire ipso facto que nous devons rechercher dans nos budgets des sources d’économie. Ça veut dire que nos petites habitudes locales elles vont en prendre un coup parce qu’elles ne sont pas fondamentales. Aujourd’hui avec les perspectives éventuelles en matière de finances et de dotations, il faut que cet argent soit utilisé, allez je dis le mot, de façon rentable. Ça veut dire, on réfléchit, on passe à l’action, et après on évalue ce qu’on a fait. On peut faire un très beau feu d’artifice mais le lendemain il n’en reste rien. Tandis que là, comme on l’a dit tout à l’heure on peut aller jusqu’à la disparition du bureau de Poste

La Poste :

« Les comportements des clients changent, donc nous on se doit aussi de s’adapter. On ne peut pas rester en l’état. L’intérêt de l’agence postale communale, c’est que d’autres activités peuvent y être intégrées. Certes l’activité [postale] diminue, mais vous pouvez mutualiser d’autres services dans l’agence postale. »

Peony de la Porte des Vaux, conseillère municipale de la majorité :

« On va devoir, parce que nous aussi on est confrontés à la rentabilité. Payer quelqu’un qui n’a que deux heures de travail effectif, comment voulez-vous justifier cela auprès du contribuable ! »

Evelyne Anselm, conseillère municipale de la majorité :

« Par rapport à l’indemnité qui est donnée tous les mois, c’est 17, 18 heures d’ouverture. »

Michel Guignaudeau :

« Mais on ne part pas sur autre chose. On part sur un équilibre financier.»

Francis Porcheron, adjoint au Maire en charge des travaux municipaux :

« [Pour l’aménagement du futur local de l’agence postale] j’ai un devis d’un menuisier de ce qu’on a demandé :1400 euros. J’ai un devis d’un maçon qui va arriver lundi soir. Allez, si on a 5000, 6000 euros là-dedans, c’est le grand maximum. Donc si on touche 80% là-dessus, je pense que la Commune n’aura pas beaucoup à soutenir. Quand on aura payé le loyer, l’eau, l’électricité, le téléphone, ça nous coûtera à l’année 6000, 6500 euros. Il faut bien penser aussi que la personne ne va pas travailler à temps complet. Donc avec les 1132 euros [d’indemnité mensuelle], Nicolas [Rodet Directeur général des services de Ligueil] a fait un calcul avec les charges patronales. La première année on ne va être de beaucoup de notre poche. Après ce sera à nous d’ajuster notre budget pour cette Poste. Je voudrais dire pour conclure que pour 5000 euros par an on est en train d’en faire un gros pataquès parce que c’est La Poste. »

Il a été précisé à un autre moment que le loyer mensuel du local sis 39 rue Aristide Briand qui recevra l’agence postale communale est de 200 euros.

Michel Guignaudeau :

« Vous avez parlé tout à l’heure des impôts. Des économies je peux vous en trouver d’autres. Vous ne vous êtes pas posé la question si parfois les choses que l’on maintient sont justes? »

« L’attractivité c’est quoi : c’est aller chercher des idées que les autres n’ont pas. Le permis de construire du doublement du CMPP [Centre médico psycho-pédagogique]. Combien il y a d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes qui passent tous les ans à Ligueil ? 1000 ! Qui viennent de Buzançais, de Valençay, du Blanc, de Chinon. Ces gens-là viennent mettre leurs enfants, et les attendent. Pas forcément dans les locaux. Et l’argent on est allé le chercher au conseil régional. C’est notre argent, c’est ce qu’on paie dans nos impôts. Est-ce que c’est important à Ligueil que l’on double les capacités du CMPP en attractivité? Oui ou non ? Je veux bien qu’on me dise non mais il faut me démontrer pourquoi. Toutes les opérations que l’on mène depuis 3 ans et demi sont des opérations très lourdes, très rapides, qui ne sont pas destinées à se faire plaisir. Les journées en Mairie, avec les équipes, ça a pris de l’ampleur. On peut tourner petit braquet aussi. A Ligueil, il passe 9000 véhicules jour d’après les derniers recensements routiers. C’est pas arrivé comme ça.

Toujours sur l’attractivité : et les marchés ! Notamment le marché du samedi matin. Quand on s’est battu à Ligueil pour avoir le marché le samedi matin. Vous imaginez que le marché de Loches on l’aurait là le samedi matin à Ligueil. Où la décision a été prise ? C’est l’État qui a décidé ça ? Non : c’est une assemblée générale de commerçants, qu’on ne le ferait pas, qu’on ne modifierait pas le marché du lundi, qu’on ne le mettrait pas le samedi. Presque l’unanimité pour le rejeter. C’est beau de casser un territoire. Mais moi je ne suis pas élu pour ça. »

Voilà pour l’essentiel des échanges, des arguments, des plaidoyers.

On ne peut pas dire que les élus municipaux étaient ravis de devoir trouver une solution à la décision de fermeture unilatérale du Bureau de Poste actuel. Personne n’est monté sur la table et n’a chanté gaiment « embrassons-nous, Folleville ! »

Le conseil municipal s’est rangé à la moins mauvaise des alternatives en votant pour la création de cette agence postale, moins l’abstention des 3 conseillers municipaux d’opposition présents ou représentés.

La Municipalité procèdera à l’inauguration de la nouvelle agence postale communale, les frais étant pris en charge par l’entreprise La Poste.

On se résume :

  • La Poste ne gèrera plus de bureau de poste à Ligueil.
  • Le local actuel du bureau de Poste, propriété communale, sera proposé à Touraine Logement pour le transformer en logement.
  • Le local de l’agence postale communale sera situé au 39 rue Aristide Briand, loué 200 euros par mois.
  • La Poste prend en charge 80% des travaux nécessaires à la mise à niveau du local et à son aménagement (reste à charge pour la Commune d’environ 1200 euros).
  • Le volume horaire d’ouverture hebdomadaire sera de 17.5 heures contre 34.5 heures précédemment.
  • Les horaires d’ouverture seront de 9H00 à 12H30, tous les jours sauf le mardi et le dimanche.
  • Deux personnels communaux seront formés, formation prise en charge par La Poste.
  • L’agence postale ouvrira le 09 avril 2018.
  • Le coût annuel de fonctionnement pour le budget de la Commune est estimé à 6000 euros.

Pour les Descartois, je précise que 6000 euros c’est moins que le budget annuel nécessaire à la cérémonie des vœux privés du Maire de Descartes (voir les articles « C’est mes vœux » et « La ferme des animaux »).

Mais il est vrai que la Commune de Descartes n’a pas les mêmes ressources financières que Ligueil (voir les articles « Attributions de compensation » et « Les sanglots longs »).

Vous n’imaginez pas le bien que cela fait d’entendre, de voir une Municipalité qui prend « à bras le corps » l’avenir de sa Commune, même quand il y a une difficulté, sans la nier, sans pleurnicher à tout bout de champ jusqu’à l’indécence, accusant l’État de tout.

(*) Un relais pickup est un magasin partenaire de la Poste qui propose la réception ou la distribution des colis des transporteurs du groupe La Poste (colissimo, chronopost, etc).

Les caractères en bleu sont des citations orales ou écrites

Voir article: pointez le titre, cliquez, et l’article s’ouvre

ISSN 2610-5942

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s