BABY KRACH À DESCARTES

Le 11 février 2016 nous publiions un premier article intitulé Baby Boom à Descartes consécutif à une parution de la Nouvelle République (NR), laquelle annonçait l’ouverture d’une classe supplémentaire à l’école descartoise la Côte des Granges à la rentrée de septembre 2016. C’était dû à l’augmentation des effectifs scolaires, le correspondant local de la NR laissant penser que le nombre d’enfants scolarisés en premier cycle à Descartes augmentait. En analysant les données complètes, nous avions constaté que globalement les effectifs écoliers descartois étaient en baisse, et que seule cette école voyait leur nombre progresser.

Le 21 octobre 2016 un nouvel article dans nos colonnes intitulé Baby Blues à Descartes où nous faisions le constat que de 2015 à 2016, le nombre d’écoliers avait baissé de 14 (soit -3.8% en une seule année).

Sur une période de 10 ans, de 2006 à 2016, le nombre d’enfants scolarisés en maternelle et primaire à Descartes avait fondu de 21.80%. Nous parlions d’une planche savonneuse inclinée vers le bas, à l’angle de plus en plus pentu. Le phénomène de fonte semblant s’accélérer.

La rentrée scolaire 2017 est maintenant derrière nous. L’occasion de faire un bilan et d’apprécier l’évolution, toujours à partir des données publiées dans le journal municipal « Flash Infos ». Les voici synthétisées par établissement, accompagnées de celles de quelques années précédentes :

En version plus visuelle, sous forme de diagramme, voilà ce que cela donne :

Alors que de 2015 à 2016, les effectifs scolaires de premier cycle avaient perdus 14 unités, ce n’est pas moins de 22 de 2016 à 2017, soit -6.2%. Ce n’est plus une baisse mais une purge : 10% de moins de 2015 à 2017. La tendance s’amplifie.

Là aussi la pente devient vertigineuse !

Sur la période longue 2003 à 2017, c’est encore plus vertigineux : -30.8%

L’année 2003 est une borne temporelle intéressante dans la mesure où Jacques Barbier étant devenu Maire de la Commune en 2001, les premiers effets de sa politique municipale pouvaient dès 2003 se faire sentir. Cela n’a pas manqué :

  • Peu avant sa première élection, en 1999, la Commune comptait un peu plus de 4100 âmes. En 2015, derniers chiffres de l’INSEE connus, (voir l’article « Vertige démographique ») elles n’étaient plus que 3 672.
  • En 2003, 480 écoliers pour n’en compter plus que 332 en 2017.

Et c’est sans compter le taux très élevé de ménages pauvres (voir l’article « Misère, Misère ! »), caractéristique peu enviable qui place notre Commune dans le très haut du panier départemental. Sans parler non plus des conséquences sur le commerce local, supermarchés inclus. Bref, tous les voyants sont au rouge.

Ne venez pas nous dire que la baisse démographique est une fatalité rurale ! De 1999 à 2015, les Communes très voisines que sont Dangé Saint Romain, Ligueil ou encore Sainte Maure de Touraine, toutes extérieures à l’ex communauté de Communes de la Touraine du Sud (CCTS), ont vu leur population maintenue ou augmentée. C’est donc bien le résultat d’une politique au minimum désinvolte si ce n’est paresseuse, qu’elle soit communale ou communautaire.

Revenons quelques instants sur l’école Louis Lefé Sainte Marie et la déclaration le 12 juillet 2017 de Jacques Barbier en conseil municipal à propos des effectifs de cette école privée (voir l’article « Début de réponses sur l’OGEC ») :

« Il y a peut-être eu une baisse d’effectifs, après c’est revenu. Bon il y a quand même eu une baisse d’effectifs dans l’année 2014 2015. »

 Et bien non, après ce n’est pas revenu, même si le montant de la subvention de la Commune à l’OGEC Louis Lefé, constante depuis 2011, pouvait le laisser penser. Encore un dossier suivi au plus près par notre « bon » Maire qui sert à ses conseillers des informations fausses. Il serait quand même bien qu’à un moment ou à un autre il fourre son nez dans les dossiers. Non ? On dit une bêtise ?

Voici le résultat d’une gestion municipale de presque 17 ans, menée brillamment pas notre suffisant Maire et ses colistiers dont il ne faut pas minimiser la coresponsabilité, toujours contents d’eux. 17 années de perdues, inutiles, mortifères, où aucun projet municipal structurant porteur d’avenir n’a été mené. Les seules créations ont été du fait de la pingre ex CCTS, avant tout soucieuse d’accroitre ses réserves financières plutôt que de les investir (voir l’article « La belle endormie »)Sinon rien. Notre « bon » Maire a pris de haute lutte la tête de la Commune en 2001, puis après rien, si ce n’est de magnifiques buffets privés sur fonds publics et des kilomètres sur autoroute à n’en plus finir à bord de véhicules municipaux.

Le 29 février 2016, en conseil municipal Jacques Barbier affirmait à propos des articles des Fédérés de Descartes (voir l’article « Martine s’invite au conseil municipal ») :« Ça fait du mal à la Commune, plus qu’à Jacques Barbier ».

A la vue de l’évolution démographique de la Commune (voir l’article « Vertige démographique »), du taux de pauvreté (voir l’article « Misère, Misère ! ») et des effectifs scolaires de maternelles et de primaire depuis le début des années 2000, c’est bien Jacques Barbier et sa majorité qui fait du mal à la Commune et personne d’autre.

Le 24 mars 2016, en conseil municipal Jacques Barbier affirmait (voir les articles « C’est normal » et « Digne de confiance ») : « A un moment donné, le peuple nous a fait confiance. Faites confiance à ceux qui sont autour de cette table ».

Confiance ? Mais certains en sont indignes !

Maryline Collin Louault, adjointe au Maire en charge des affaires scolaires a écrit au tout début de l’éditorial du journal municipal « Flash Infos » n°56 d’octobre 2014 :

« Nos chers enfants ont repris le chemin de l’école depuis quelques semaines déjà ».

Qu’elle s’empresse de chérir « nos enfants » parce qu’au rythme où cela va, il n’y en aura bientôt plus beaucoup à chérir.

Il ne serait que temps que les habitants, la population s’intéresse à son avenir, avant qu’il ne soit trop tard. A moins qu’il existe un consensus pour laisser crever notre Commune. Dans cette hypothèse, rien à dire, nous sommes sur le bon chemin.

Les caractères en bleu sont des citations orales ou écrites

Voir article: pointez le titre, cliquez, et l’article s’ouvre

ISSN 2610-5942

Publicités

2 réflexions sur “BABY KRACH À DESCARTES

  1. Je réagis à l’assertion suivante « Ne venez pas nous dire que la baisse démographique est une fatalité rurale ! De 1999 à 2015, les Communes très voisines que sont Dangé Saint Romain, Ligueil ou encore Sainte Maure de Touraine, toutes extérieures à l’ex communauté de Communes de la Touraine du Sud (CCTS), ont vu leur population maintenue ou augmentée. » Certes, mais qu’en est-il de l’évolution des effectifs scolaires dans ces communes sur la même période ? Comparaison nécessite raison.

    Par ailleurs l’ex CCTS n’a-t-elle pas un caractère rural plus marqué que les autres ?

    J'aime

    1. Si nous avions l’évolution du nombre d’enfants scolarisés en maternelle et primaire de ces Communes, nous les aurions publiées. Pour les Communes citées, nous pouvons dire que Ligueil a agrandi son école primaire en 2014. Nous allons essayer de trouver ces données.
      Chaque Commune, chaque territoire a ses spécificités et son histoire. Descartes est moins « rurale » que le Petit Pressigny par exemple (dont la population augmente).
      La série de ces 3 articles avait comme raison d’être de souligner que pour ce qui concerne Descartes, les 3 voyants que sont l’évolution de la population, le taux de pauvreté et les effectifs scolaires sont tous au rouge. Ce qui n’est pas le cas des autres citées. Et pourtant, comme nous le verrons en détail bientôt, c’est de loin la Commune qui bénéficie des plus importantes ressources financières par habitant.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s