PROCES VERBAL 12 JUILLET 2017

Dans un souci d’information des Descartois et de transparence si chère au Maire de Descartes Jacques Barbier (voir l’article « Don de voyance ») sans qu’il aille jusqu’à publier les procès-verbaux des conseils municipaux, c’est-à-dire incluant une synthèse des échanges oraux, nous publions celui du conseil municipal du 12 juillet 2017.

Vous y trouverez, outre les sujets qui ont nourris trois de nos articles (voir les articles «L’honneur de Descartes», « Un peu de lecture» et «Début de réponses sur l’OGEC») tous les autres sujets qui ont été débattus en séance. Bonne lecture.

Vous noterez que si l’on s’en tient strictement au texte de ce Procès-verbal, on pourrait croire que c’est Jacky Frénée qui s’est rendu à Paris et qui demande le remboursement de ses frais, puisque est noté « M. Frénée : (…/…) J’ai préféré aller à Paris avec Mme Martin, ce qui m’a coûté 87 € de frais de train ». Bien évidemment, il s’agit de Jacques Barbier. Pour la réalité des échanges, relisez notre article qui reprend les paroles exactes : c’est bien le Maire qui sollicitait le remboursement de ses frais.

Opportunément, le texte de loi lu par le Maire en séance et restitué dans ce Procès-verbal a été vidé de l’ajout intempestif « ou toute autre réunion » que le Maire avait inventé et servi aux conseillers. Non, il ne sera pas dit et encore moins écrit dans le Procès-verbal que le Maire ment à son conseil municipal en manipulant les textes de loi comme cela l’arrange.

De même la boursouflure égotique de Jacques Barbier qui avait dit en séance qu’il ne voulait pas par « modestie » parler de l’invitation reçue pour se rendre à la Cérémonie en l’honneur des Justes du Département a été sauvagement sacrifiée du texte du procès-verbal final.

Enfin s’agissant des rythmes scolaires, le Maire n’a jamais précisé oralement que le rendez-vous qu’il avait le lendemain avec le DASEN était « téléphonique ». C’est un ajout, une précision qui n’a pu être entendue en séance.

Ça serait bien quand même que le Procès-verbal soit le reflet synthétique, mais le reflet quand même, de ce qui a été dit, sans réécriture de l’histoire.

Mais les synthèses, par nature synthétiques, ont apparemment des vertus bien utiles. C’est pour cela que nous restituons dans nos articles les mots exacts prononcés par les uns et les autres, même quand ils sont incompréhensibles, mensongers ou ridicules. Nous ne réécrivons pas l’histoire mais la livrons tel quel.

« Biens informés, les hommes sont des citoyens, mal informés ils deviennent des sujets ». Alfred Sauvy.

 

Les caractères en bleu sont des citations orales ou écrites

Voir article: pointez le titre, cliquez, et l’article s’ouvre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s